Importance de la biodiversite

La diversité de la vie a une valeur en soi, et nous en assumons tous la responsabilité morale. La biodiversité est belle. Mais la biodiversité et les prestations fournies grâce à elle par les écosystèmes revêtent aussi une grande importance économique.

  • Incarnation de la beauté et de l’esthétique : la diversité de la nature est une source de joie, d’inspiration et de détente. Cette relation se reflète dans l’art et la religion. Mais le tourisme et la qualité de la vie sont aussi étroitement corrélés avec la valeur esthétique de la biodiversité.
  • Valeur existentielle : la biodiversité a en soi de la valeur, sans que l’être humain puisse forcément en tirer profit. La simple conscience de son existence est une source de joie et d’enrichissement. Nombreux sont ceux qui, par exemple, s’attristent de voir diminuer la biodiversité.
  • Consolidation des sols : les communautés riches en espèces présentent une variété de systèmes racinaires qui garantit, dans les régions de montagne en particulier, que le sol se maintienne partout, même sur les pentes raides.
  • Elimination des déchets : le sol et les divers êtres vivants qui l’habitent aident à éliminer les animaux et végétaux morts, de même que les polluants et les déchets produits par l’homme. Une multitude de microorganismes poursuivent la décomposition des liaisons organiques et les remettent ainsi à la disposition des végétaux.
  • Régulation du climat : les plantes éliminent de l’atmosphère les gaz à effet de serre, tels que le dioxyde de carbone, veillent à maintenir l’humidité par l’évaporation de l’eau et abaissent la température au sol à un niveau agréable.
  • Régulation du régime hydrique : forêts alluviales et marais favorisent la réduction efficace des pics de crue et stockent les eaux souterraines conjointement avec d’autres écosystèmes.
  • Fourniture de médicaments : Plus de la moitié des médicaments les plus communément prescrits dans les pays industrialisés, tels que l’aspirine, ont une origine naturelle [2].
  • Garantie en aliments précieux : certaines variétés fortement sélectionnées doivent constamment être croisées avec des espèces apparentées présentes dans la nature pour conserver leurs caractéristiques. De plus, la valeur économique d’une colonie d’abeilles, en tant que pollinisatrice de plantes cultivées, est estimée en Suisse à 950-1250 CHF [3],[4].
  • Contrôle des mauvaises herbes et des espèces nuisibles : environ 99% de toutes les espèces nuisibles sont réprimés par des prédateurs naturels, tels qu’oiseaux, araignées, mouches et guêpes parasites ainsi que champignons [5]. Des cultures mixtes habilement composées empêchent l’apparition et la propagation de mauvaises herbes [6]
  • Atténuation des situations extrêmes : à la suite d’épisodes météorologiques extrêmes, telles qu’une sécheresse prolongée, les prairies riches en espèces peuvent plus rapidement retrouver leur niveau de production de biomasse que les prairies pauvres.
début de la page

_____________________________________________

[2] Fahrnsworth N.R (1992): Die Suche nach neuen Arnzeistoffen in der Pflanzenwelt
[3] Fluri P., Frick R. (2005): Imkerei in der Schweiz - Fakten und Bedeutung. Agrarforschung 12(03). 104-109
[4] Forschungszentrum Agroscope Liebefeld-Posieux ALP: Bienenhaltung in der Schweiz,  Stand Juni 2009
[5] Forum Biodiversität Schweiz (Hrsg.): Biodiversität in der Schweiz, 2004, ISBN 3-258-06800-3. S. 62
[6] Mortensen D.A. et al (2000): The role of ecology in the development of weed management system